LE ZÉRO DÉCHET, C’EST POUR QUI ?

Avez-vous entendu parler du zéro déchet ? Si vous n’en avez pas entendu parlé, vous êtes certainement déjà sensibilisée à l’impact des sacs en plastiques, des emballages non recyclables, des pesticides sur les légumes, etc.

Le zéro déchet va encore plus loin, puisque l’ambition de ses adeptes est de réduire quasiment à zéro leurs déchets au quotidien. Alors, si vous croisez ces Blogs ou ces familles qui se sont laissés tenter par cette nouvelle tendance, vous vous êtes sûrement demandé :

→ Comment fait-on ? Quelles tendances adopter ou sélectionner ?

→ Quelles étapes suivre pour rejoindre la nouvelle mouvance?

Fitnessement-Femme vous répond aujourd’hui sur toutes ces questions.

 

COMMENT FAIRE DU ZÉRO DÉCHET?

Entrer dans une famille zéro déchet c’est découvrir un autre monde, un autre mode de fonctionnement, en apparence tout du moins.

Dans ces familles, le savon de Marseille trône dans la salle de bain, les produits ménagers sont réduits au minimum, les emballages sont comptés, les vêtements réparés et l’électroménager est durable car le jetable n’a tout simplement pas sa place.

Attention, on ne parle pas de privation ! Il est hors de question de ne pas jouir de la vie et de la modernité comme tout un chacun. La question est ailleurs et les motivations sont profondes.

→ Le bien-être de chacun passe ici par un MINIMALISME CONFORTABLE et une CONSOMMATION RAISONNÉE.

.

 LA TENDANCE DU « FAIT MAISON »

La tendance est au « fait maison », vous l’avez sûrement remarqué, que ce soit en cuisine ou dans les produits du quotidien. Mais, dans les foyer zéro déchet, cela va bien plus loin : on renoue avec d’anciennes habitudes « désuètes » et souvent oubliées.

Par exemple, réparer ses vêtements était autrefois courant. Un bouton décroché ne méritait qu’un seul traitement : du fil et une aiguille. Combien de personnes jettent leurs vêtements tout simplement parce que l’ourlet est défait et qu’elles ne savent pas coudre ? Aberrant, lorsqu’on y pense.

La cuisine maison prend tout son sens. Le fait maison est plus sain et plus économique, vous l’avez entendu des milliers de fois. Mais le faites-vous ? Pourtant si vous avez déjà suivi un régime du type Weight Watcher vous avez appris qu’il faut cuisiner pour manger équilibré. Une évidence !

→   L’étape suivante : se donner les moyens de cuisiner sainement, d’aimer ou d’apprendre à aimer cuisiner et à mettre en valeurs les produits sains.

.

NOUS SUR-CONSOMMONS

Un autre exemple sidérant concerne les produits de beauté.

Nos grands-mères connaissaient la crème Nivéa qui faisait tout, des pieds à la tête. Nous utilisons désormais des crèmes pour le visage, pour le corps, pour les lèvres, pour le dessous des yeux et pour les paupières (incroyable).

Nos filles n’ont pas 1 fond de teint, mais plusieurs en fonction de la partie du visage à recouvrir. Elles ajoutent une crème sous le fond de teint pour qu’il tienne mieux et une poudre par-dessus pour qu’il ne coule pas. Elles coupent leurs cils et se rasent les sourcils. Je sais que tout cela n’est qu’un effet de mode, mais c’est dingue, non ?

→ Le marketing est impitoyable.

Et c’est peut être bien ce marketing à outrance, ce déballage de moyens et d’euros qui a fini par faire réagir certains. Fini tout cela, on revient aux basics.

→ Alors ces basics sont-ils de la pure invention, des obsessions de nouveaux bobos trentenaires ou existaient-il déjà avant l’ère de la consommation ?

.

 LE ZÉRO DÉCHET, EST-CE NOUVEAU ?

→ Savez-vous que nos grands-parents avaient déjà une logique de non consommation ?

Je me souviens que ma grand-mère savait faire beaucoup de choses. Elle avait un potager, un composteur, elle emmenait ses bouteilles de verre à la consigne et elle cuisinait beaucoup. Elle reprisait tous les vêtements et recyclait les emballages et les contenants.

La logique du zéro déchet peut s’en inspirer. La grande différence réside à mon sens dans le manque de place dont nous souffrons aujourd’hui avec nos logements beaucoup plus exigus. Qui dispose de pièces inoccupées, d’un grenier, voire de deux caves ? Si vous habitez en appartement, vous savez qu’il est souvent difficile de stocker ce que vous souhaitez recycler ou conserver.

.

NOUS VIVONS UNE ÉPOQUE FORMIDABLE

Mais nous avons une grande chance, car la dématérialisation est magique.

→ Nous n’avons plus besoin d’entasser les papiers ou les photos de familles, ils sont sur notre ordinateur.

→ Nous n’avons plus besoin d’acheter des livres, ils sont sur nos tablettes.

→ Vous pouvez faire vos courses à distance et vous faire livrer, sans utiliser votre voiture.

→ Des communautés se créent un peu partout vous permettant d’emprunter ou d’échanger toutes sortes de choses.

Nous vivons une époque formidable et il est vraiment devenu facile de se lancer dans un rythme de vie plus simple tout en utilisant la modernité.

→ Finalement, être zéro déchet, c’est tendance.

.

LE ZÉRO DÉCHET PAR ÉTAPES

Il est vrai que passer d’un mode de consommation standard à un mode de vie zéro déchet, comme le pratiquent certaines familles, peut paraître inaccessible. Comment changer de cap ? Comment faire les bons choix ?

Je ne vous le cache pas, la réussite réside dans les étapes. Chacun son rythme, chacun ses goûts. Pas de « il faut », mais plutôt des « on pourrait ». Ne pas tenter d’imiter des foyers très expérimentés dans la consommation raisonnée, mais s’en inspirer est un bon départ.

→ Le secret : procéder par étapes pour identifier vos besoins, vos possibilités, vos ressources.

Bref, un mode de vie à votre image sans changements brutaux qui vous feraient rapidement renoncer. Croyez-moi, les modèles ne manquent pas et les idées non plus.

.

ALORS, BOBOS OU ÉCOLOS ?

Il est vrai que ce mode de vie pourrait faire penser aux écolos qui quittèrent les villes pour le Larzac dans les années soixante dix. Mais ce n’est pas du tout le but de cette démarche.

Vous êtes citadin, vous aimez votre vie, vous aimez votre confort ? Moi aussi et il est hors de question d’en changer. Je conserve mon lave-linge, ma cuisinière et mon ordinateur. Mais par contre, je fais des choix qui m’aident à me sentir mieux, qui me correspondent et me donnent l’impression d’être dans le participatif plutôt que le chacun pour soi, tout en préservant ma santé.

En limitant la surconsommation, en se forçant à cuisiner, on renoue avec des moments simples de tous les jours qui finalement nous font du bien et montrent un bel exemple à nos enfants. Alors écolos ou nouveau bobos, je ne sais pas, mais, dans tous les cas, la tendance explose un peu partout.

.

CE NE SERA PAS SANS CONTRAINTES

Je ne vous cache pas qu’il y a des contraintes en faisant davantage de courses de produits frais, en faisant l’impasse sur les produits ménagers chimiques et hyper décapants et que l’on souhaite faire son compost. Mais c’est un effort riche d’enseignements.

Ces choix apportent à nos vies de nouvelles expériences : vous apprenez à lâcher prise, vous expérimentez, vous reprenez le temps de vivre et retrouvez la joie des choses simples et le bon sens. Vous vous souvenez de cette publicité « C’est moi qui l’ai fait ». Alors, à votre tour !

Laissez-moi vos commentaires ci-dessous, je suis toujours ravie de connaître votre expérience !

Julie

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans ACCUEIL, ACTUALITÉS, MAISON, Podcasts, UN FOYER AU NATUREL, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à LE ZÉRO DÉCHET, C’EST POUR QUI ?

  1. Ping : COMMENT BIEN CHOISIR SA LUNCH BOX ?

  2. Ping : POURQUOI LE ROBOT THERMOMIX SIMPLIFIE VOTRE VIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *